04 Jul 2017

Red Beans & Pepper Sauce – Red

Red Beans & Pepper SauceRed
Note : 5/5
Genre : Classic Rock 70’s
Je sais bien que le Classic Rock a le vent en poupe en ce moment avec le succès de Blues Pills, Rival Sons, The Temperance Movement et consorts mais quel plaisir de trouver un groupe qui le fait de façon originale et sans forcément pomper les clichés des années 70. Les Français de Red Beans & Pepper Sauce ont réussi cet exploit et ce n’est pas leur nouvel album « Red » qui va le démentir.

Il y a beaucoup d’influences et pas des moindres dans cet opus des Montpelliérains : Deep Purple, Mother’s Finest, Gov’t Mule, Led Zep… La chanteuse Jessyka Aké a un timbre de voix capable d’aller du Hard Rock à la Soul sensuelle, assez proche de celui de Joyce Kennedy ou de Saté. Laurent Galichon est une fine gâchette et son style de guitare tout en finesse rappelle celui de Stevie Ray Vaughan ou Billy Gibbons. Les claviers de Serge Auzier ne sont pas en reste et on croirait retrouver les envolées du grand Jon Lord. Quant à la section rythmique de Denis Bourdié et Niko Sarran elle est imparable !

L’album attaque très fort avec ’Bad Quarter Moon’’, petite pépite Hard Rock idéale pour lancer les concerts à venir de RB&PS. On enchaîne avec un ‘’No Saint Today’’ très Blues Rock à mi-chemin entre George Thorogood et ZZ Top sur lequel Jessyka démontre l’étendue de ses talents et que l’harmonica de Pierre Andissoa clôture de la plus belle des façons. ‘’Half World Changeling’’, introduit par le son du craquement du diamant sur un vinyle, sonne très ZZ Top époque ‘’La Grange’’ et Laurent G. nous délivre un solo d’anthologie. Place au Funky et Groovy ‘’Smiling Child’’ qui pourrait faire merveille sur les Dancefloors Vintage ; mention spéciale à la basse de Denis Bourdié qui pousse Jessyka à se surpasser dans son registre Tina Turner ! On passe à un morceau plus calme et mélancolique avec ‘’Flyin’ High’’ avec une Jessyka toute en retenue, cette superbe ballade aurait eu toutes les chances de faire un carton du temps où les radios jouaient vraiment leur rôle. Retour au son 70’s avec ‘’Glitter City’’ et son intro que n’aurait pas renié Deep Purple… Cette chanson est clairement ma préférée de l’album et j’ai hâte de la voir interprétée sur scène avec ses harmonies vocales et ce solo fulgurant ! Ambiance SRV maintenant avec ‘’You Can’t Turn Around’’, peut-être le moment le plus convenu de cet album, mais cependant bourré d’une énergie communicative. Intro Slide pour ‘’Dead Spell’’ puis ambiance bayou avec harmonica et percussions tribales, on se croirait dans un bar de la Nouvelle Orléans, la tension monte tout au long de ce brûlot avant d’exploser dans une débauche de cris, de guitares acérées et Pierre qui pousse son harmonica au maximum. ‘’The Black Panther’’ me rappelle le meilleur de Warren Haynes et son Gov’t Mule : gros son, voix saturée, basse ronflante, Riff Bluesy tranchant, des ‘’hou hou’’ très StoniensUne grande réussite ! On termine avec ‘’Sinkin’ Down’’ qui me rappelle le ‘’Sloe Gin’’ de Joe Bonamassa avec là encore un magnifique solo de guitare limite Floydien sur fond d’orgue à la Doors. Excellente idée que d’avoir placé ce morceau en fin d’album car on reste sous le charme de la voix de velours de Jessyca

Au final je recommande chaudement cet album à sortir en septembre 2017… J’attends avec impatience l’occasion d’aller voir Red Beans & Pepper Sauce en concert car leur album si réussi prendra toute son ampleur devant un public de connaisseurs !
Chronique d’Olivier Carle

 




0 commentaire(s)