06 Mar 2017

Man Doki Soulmates @ Paris!


Man Doki Soulmates
@ Paris, L'olympia le 01 mars 2017.


J'avoue que je ne savais pas trop à quoi m'attendre en me rendant à l'Olympia en ce premier jour de mars pour découvrir Man Doki Soulmates ! Je n'avais jamais entendu parler auparavant de Leslie (Laszlo) Mandoki, cet artiste hongrois de 64 ans, et il s'agissait de son premier passage en France alors que son groupe existe depuis plus de 25 ans. En allant sur Internet j'avais découvert que son C.V. était pourtant long comme le bras puisque le batteur/chanteur/producteur vivant en Allemagne avait travaillé avec les plus grands, de Phil Collins à Lionel Ritchie en passant par Toto, Jethro Tull, Blood Sweat & Tears, etc. Pas étonnant donc, avec ce carnet d'adresses,  qu'il ait eu l'idée il y a 25 ans environ de constituer un "supergroupe", les Soulmates, qui en est déjà à plus d'une dizaine d'albums. Le concept est simple, un peu à l'image de celui de Night Of The Proms ou Rock Meets Classic, à savoir réunir un orchestre avec des "Stars" des années 60, 70 ou 80 et reprendre les "tubes" de ces années là en y ajoutant des titres originaux composés au fil des albums de Mandoki.

Leslie (Laszlo) Mandoki

Beaucoup de monde sur scène pour cet Olympia rempli d'invités plutôt âgés venus réécouter les "tubes" de leur jeunesse... On commence à tout seigneur tout honneur par les vocalistes. Mr Mandoki ayant collaboré avec pas mal de groupes des années New Wave comme Midge Ure, Nik Kershaw ou Howard Jones, il a croisé la route de Cutting Crew et de son excellent frontman Nick Van Eede, sans doute une des plus belles voix du Show. Celui ci nous gratifiera d'ailleurs d'entrée de son "tube" "I Just Died In Your Arms" et au rappel de "I've Been In Love Before". Ensuite il y a un des héros de ma jeunesse que j'avais découvert au Stadium de Paris en 1979 avec Manfred Mann's Earth Band : Monsieur Chris Thompson. J'avais eu la chance de revoir Chris en 2012 pour la tournée Rock Meets Classic et j'avais déjà trouvé que sa voix avait perdu de sa superbe... Même constat à l'Olympia : que ce soit sur "Blinded By The Light", "Davy's On The Road Again" ou "Mighty Quinn", 3 reprises légendaires du MMEB, le timbre légèrement éraillé de Chris que l'on reconnaissait entre mille n'est plus là et c'est un peu frustrant mais bon quel plaisir de réentendre ces sublimes morceaux !  Un qui n'a pas perdu sa voix d'antan c'est David Clayton-Thomas de Blood, Sweat & Tears qui nous délivrera une superbe version, très proche de l'originale, de "Spinning Wheel" et qui nous rappellera à quel point BS&T fut un groupe important et malheureusement trop méconnu...

Bobby Kimball (Ex-Toto)

Le quatrième vocaliste de la soirée et pas des moindres c'est Bobby Kimball. J'avais vu Bobby en solo en 1993 puis avec Toto au Réservoir à Paris en 1998 pour la tournée XX et je dois dire qu'à l'époque le bougre assurait encore comme à l'époque des 4 mythiques premiers albums du groupe californien. Là encore que ce soit pour "Hold The Line" ou "Rosanna", ce membre fondateur des Soulmates a démontré qu'à près de 70 ans il a toujours autant de plaisir à partager en interprétant ces tubes intemporels.

C'est ensuite au niveau des cuivres que le Casting s'est avéré exceptionnel. A commencer par John Helliwell, le légendaire saxophoniste de Supertramp dont tout le monde connait par coeur le solo de "The Logical Song" interprété magistralement ce soir et enchaîné à "It's Raining Again". Toujours au saxo et célèbre pour avoir joué dans le groupe de Miles Davis ou le Mahavishnu Orchestra de John Mc Laughlin, nous avons eu le privilège de voir sur scène Mr Bill Evans (à ne pas confondre avec le pianiste du même nom qui a aussi joué avec Miles !) pour quelques soli de grande beauté !

A la trompette Mandoki a réussi à enrôler le célèbre Randy Brecker qui a joué avec tout le gratin du Rock et du Jazz ainsi que, venu d'Allemagne, Till Brönner qui a interprété le sublime "Bumpin'" de Wes Montgomery, rien que ça ! Autre Star venue d'outre Rhin, Klaus Doldinger, le saxophoniste de plus de 80 ans, fondateur du groupe Passport (le Weather Report germanique) dont il nous a joué le cultissime "Handmade" !

Enfin aux claviers on a eu droit au trop rare Tony Carey, ex-Rainbow période ''Rising'' et ''On Stage'', mais qui ne jouera rien du groupe de Blackmore, préférant nous livrer une version vocale tout à fait dispensable de "Smoke On The Water", peut être la seule fausse bonne idée de cette soirée. Par contre Tony s'y entend toujours pour faire vibrer son Hammond !

L'autre claviériste qui m'a beaucoup impressionné c'est le très jeune Cory Henry qui n'a que 30 ans et déjà 2 Grammys à son actif ! Que ce soit à l'orgue Hammond ou au piano, le musicien, célèbre aux USA via son groupe Snarky Puppy, a un talent incroyable et part régulièrement dans des improvisations fulgurantes...

Voilà pour les "Stars" de la soirée mais il y avait bien évidemment d'autres musiciens moins connus mais néanmoins bourrés de talent. A commencer par Leslie Mandoki lui même qui se révèle être un très bon chanteur et batteur/percussionniste et dont on découvrira des compositions de haut niveau comme le Poppy "A Dreamer's Not A Fool", le nostalgique "Last Day Of Summer" ou encore le magnifique "Look Up To The Sky"... On aurait aisément pu se passer du duo "The Journey Is Long" avec sa fille Julia mais celui-ci sera rattrapé par le très Groovy "Diggin' Down Too Deep", originellement interprété avec Chaka Khan, que la belle Julia prend à bras le corps pour une version qui obtiendra un franc succès auprès du public de l'Olympia !

Après 26 titres et près de 3 heures et demie de concert les Soulmates s'en iront sur un "Daydream" très mélancolique. Cette première visite dans l'hexagone de Leslie Mandoki et de son groupe restera comme une grande célébration de la musique sous toutes ses formes : Jazz, Prog', californienne, Funk, Pop, Rock, Hard, Folk... Revenez quand vous voulez Mr Mandoki !
Live Report : Olivier Carle, images Live & Enseigne lumineuse : Alex Mitram
Merci à Yazid Manou...   

 

 

 

 

 




0 commentaire(s)