04 Dec 2017

Alice Cooper Band+Carousel Vertigo+High-School Motherfuckers

https://img.youtube.com/vi/_vnKXbw3dzY/hqdefault.jpg

Alice Cooper Band + Carousel Vertigo + High-School Motherfuckers à La Boule Noire 2017

A l’occasion du passage de ce bon vieil Alice à Lyon la veille et à Pleyel le lendemain, son groupe de fines gâchettes avait une soirée à tuer et avait donc décidé d’offrir au public parisien une soirée unique et mémorable. C’est La Boule Noire qui avait été choisie pour ce Show quelque peu intimiste et réservé aux Happy Few…


La soirée commence sur les chapeaux de roue avec les High-School Motherfuckers, le groupe parisien de Sleaze Glam Punk. Bonne entrée en matière avec ces fans des Ramones et des Sex Pistols devant un public malheureusement encore clairsemé.



On continue dans une ambiance nettement moins « bordélique » avec Carousel Vertigo et son Classic Rock empreint de Blues et de Hard. J’avoue ne pas avoir été totalement convaincu par leur dernier album « Revenge Of Rock And Roll » à l’exception notable de « Hard Luck Lover », véritable petite pépite à la Thunder ou Foghat. Soyons clair, CV est composé d’excellents musiciens à commencer par Jansen qui  délivre des riffs et des soli sans failles. Il y a aussi le très bon batteur Jimmy Montout que j’avais découvert récemment avec Manu Lanvin et qui percute bien ses fûts. Le bassiste Olivier fait le Job assurément. Concernant le chanteur je trouve qu’il manque un tantinet de charisme et surtout de présence sur scène, toujours en retrait et se contentant souvent de faire-valoir pour son camarade Jansen qu’il appelle régulièrement « ma poule », en studio OK mais sur scène ça fait bizarre ! En résumé CV rappelle un peu les Black Crowes ou le Whitesnake des débuts mais il lui manque ce petit quelque chose qui ferait décoller le concert notamment au niveau des compos qui ressassent selon moi un peu toujours les mêmes riffs éculés des groupes cités. Et puis prenez exemple sur les Stars de la soirée qui vont vous succéder, bougez un peu plus les gars parce que visuellement c’est un peu plan plan…


A peine CV sorti de scène, les membres du Alice Cooper Band prennent possession des lieux et nous la jouent quasiment « Plug & Play » ! Il faut dire qu’il est presque 21h30 et je crois savoir que le Curfew de La Boule Noire est à 22h30 pour cause de voisinage fatigué…

https://img.youtube.com/vi/GHp65TnTP0c/hqdefault.jpg


Ils sont venus, ils sont tous là, de la toujours sublime Nita Strauss au chapeauté Tommy Henriksen avec son beau T-shirt rouge « I ‘m Not Alice Cooper », il faut dire que la ressemblance est troublante entre lui et Vincent Furnier plus jeune ! Il y a aussi le magicien de la guitare Ryan Roxie et le très tatoué Chuck Garric (que j’avais vu avec Dio en 2000 pour la tournée Magica). Et « Last But Not Least » l’excellent Glen Sobel dont le C.V. de batteur est long comme le bras et quelques Guests triés sur le volet dont la fille du Coop’ Calico, un des figurants du Show d’Alice et le fan n°1 du groupe qui a vu paraît-il entre 600 et 700 concerts du maître du Shock Rock. On est partis pour 1 heure donc de folie Rock ’n’ Rollienne. 

https://img.youtube.com/vi/RTaifZ7dZ2k/hqdefault.jpg


Le groupe est au taquet et dans une forme éblouissante pour délivrer des versions incandescentes des Ramones « Blitzkrieg Bop » (Hey Ho Let’s Go) et « I Wanna Be Sedated », de Motörhead « Ace Of Spades », de Metallica « Seek & Destroy », des Stooges « I Wanna Be Your Dog », de Kiss « Lick It Up »… et bien sûr d’Alice Cooper « No More Mr Nice Guy » et l’incontournable « School’s Out » ! On a l’impression que tous ces standards de l’histoire du Rock ont été écrits pour le groupe qui joue devant nous tant les versions sont sublimées et font partie de son ADN. Le seul tout petit reproche qu’on peut faire c’est qu’on entend très mal les soli et c’est fort dommage car Nita, Ryan et Tommy sont des tueurs à la guitare…



Le public, maintenant plus nombreux même si La Boule Noire n’affiche pas complet, est aux anges et reprend à tue-tête ces hymnes intemporels. On en aurait voulu une heure de plus car cette prestation a paru bien courte au bout du compte. Les musiciens ont l’air profondément heureux d’être là dans cette « petite » salle qui les change des stades et arènes habituels. Ils nous offriront même un petit bain de foule à la fin du concert avec moult photos et autographes, ça fait plaisir de voir de telles pointures si humbles et si proches des gens… Des concerts de cette qualité on en redemande !
Live Report d’Olivier Carle, images de : Guillaume Frémeau

Merci à Bruno Labati.






0 commentaire(s)