D-A-D, Paris Le Petit Bain, le 24 novembre 2019.
30 ans après mon premier concert des Danois à l’Elysée Montmartre lors de la tournée «No Fuel Left For The Pilgrims», me voici de retour au Petit Bain pour les excellents D-A-D. Je garde de très bons souvenirs de leurs 2 passages au Divan Du Monde en 2013 et 2014 et bien sûr au Raismes Fest toujours en 2014 mais aussi en 2017 où ils ont «cassé la baraque» !


Il faut dire que Jesper Binzer est un véritable Showman qui sait se mettre le public dans sa poche notamment grâce à ses effets de répétition toujours finement choisis et hilarants. Au Petit Bain ce fut le leitmotiv «aujourd’hui c’est vendredi» qui a rythmé toute la soirée avec une réaction unanime des spectateurs… Sans compter sa complicité toujours très appréciée avec le batteur Laust Sonne pour des duos de haute volée d’autant que Laust est un batteur exceptionnel ! Et puis il y a aussi le mythique bassiste Stig Pedersen et ses légendaires basses toujours à 2 cordes et avec des formes improbables comme un missile, une croix de guerre et un «Baron Rouge», le feu arrière et le clignotant d’une voiture américaine, j’en passe et des meilleures…

Mais tout cela ne serait rien sans le talent indéniable à la guitare du jeune frère de Jesper, Jacob… Relativement discret sur scène, il s’y entend pour décocher le riff qui tue ou le solo qu’il faut et je dois dire que je suis à chaque concert de D-A-D un peu plus impressionné par la classe de ce guitariste qui mériterait plus de reconnaissance !

En près de 2 heures et une vingtaine de morceaux, les Danois vont mettre le Petit Bain à genoux avec de larges extraits du dernier album «A Prayer For The Loud» comme les excellents «Burning Star», «Nothing Ever Changes», «The Real Me», «No Doubt About It» ou «The Sky Is Made Of Blue»… Mais aussi les meilleurs morceaux de leur carrière comme «Jihad», «Everything Glows», «Grow Or Pay» et les très attendus «I Want What She’s Got», «Monster Philosophy» ou «Sleeping My Day Away» ! Et puis cerise sur le gâteau, une version acoustique époustouflante de «Laugh ‘n’ A Half» avant l’incontournable «hommage» à Disneyland qu’est «It’s After Dark»


Une fois de plus, Jesper, Jacob, Stig et Laust ont donné une incroyable leçon de Hard Rock incandescent à leurs fans venus nombreux pour cette messe très Rock ‘n’ Roll dont on ne se lasse pas…
Live Report : Olivier Carle, images : Alex Mitram

Merci à Dom