John MayallThe Sun Is Shining Down – Par Olivier Carle
Forty Below Records/Bertus
Note : 4/5
Genre : British Blues Rock
A 88 ans, John Mayall a donc décidé d’arrêter de tourner dans le monde entier comme il en avait l’habitude… On ne peut que comprendre cette décision sachant que le parrain du Blues a consacré près de 60 ans de sa vie à la “musique du diable” ! Il nous livre aujourd’hui un nouvel album studio qu’on espère ne pas être le dernier de sa carrière : “The Sun Is Shining Down”.
On sait depuis longtemps que John est un véritable découvreur de talents puisqu’il a révélé au sein de ses Bluesbreakers des artistes de renommée internationale comme Jack Bruce, Eric Clapton, Mick Taylor, Peter Green, John McVie, Walter Trout, Coco Montoya, etc., excusez du peu ! Il a donc décidé d’inviter sur ce nouvel opus des pointures comme Mike Campbell des Heartbreakers (le groupe de feu Tom Petty), l’étoile montante du Blues/Southern Rock Marcus King, l’icône de l’Americana Buddy Miller, la violoniste Scarlet Rivera qui fit partie de la Rolling Thunder revue de Bob Dylan et qu’on retrouve sur le légendaire “Desire”, le guitariste de Chicago Melvin Taylor et la Star hawaïenne du ukulélé Jake Shimabukuro… On retrouve également avec plaisir les fidèles Greg Rzab à la basse et Jay Davenport à la batterie sans oublier sa dernière recrue à la six-cordes, Carolyn Wonderland qui m’avait beaucoup impressionné lors du dernier Bataclan de Mr Mayall il y a 3 ans.

Rien de révolutionnaire dans cet album mais 10 titres de Blues très bien ficelés avec la voix reconnaissable entre mille de John, sans oublier son harmonica et ses incontournables claviers qui donnent une couleur si unique à sa musique. On notera la reprise d’un morceau très Blues Rock de Bobby Rush, “I’m As Good As Gone”, sur lequel Buddy Miller fait merveille. Et puis le Groovy/Funky “Chills And Thrills” de Bernard Allison qui permet à Mike Campbell de délivrer quelques soli bien sentis. Sans oublier le réenregistrement d’un classique de John “Deep Blue Sea”, plus de 50 ans après puisque ce titre figurait sur l’album “USA Union” de 1970. Cette fois c’est la talentueuse Scarlet Rivera qui a remplacé Don “Sugarcane” Harris au violon pour une version beaucoup plus enlevée et tempétueuse. Et tout cela enregistré dans le studio de Robby Krieger des Doors sous la houlette de l’excellent Eric Corne juste avant le début de la pandémie, en décembre 2019… Un album incontournable pour les fans du père du British Blues sans aucun doute !