Hellfest Open Air Festival 2022 – Partie 2.
Live Report & Images : Philippe Archambeau


Pour ses quinze ans, le Hellfest revient avec deux éditions. Ce reportage porte donc sur la seconde partie de ce Hellfest 2022, celle du 23 juin au 26 juin 2022.

Le premier groupe que j’ai vu ce jeudi, Thunder le vieux groupe anglais, nous a offert un Hard Rock Blues traditionnel, généreusement exécuté.


On enchaîne sur Mainstage 2 (Scène Principale 2, NdR.), avec Last Internationale emmené par la sublime Delila Paz au chant, qui est descendue dans le Crash voir le public, et soutenu par des musiciens de Shaka Ponk (basse – batterie) discrets et efficaces.


Le mythique UFO avec Phil Mogg sur la Mainstage 1, seul membre original du groupe, et leur « Doctor Doctor » issu de l’Album Phenomenon de 1974 ont assuré grave.

À peine le temps de changer de Mainstage, et la légende Steve Vai était pour la première fois au Hellfest, ce qui nous a permis d’entendre « For The Love Of God », un morceau qui m’inspire toujours autant.


Et un événement pour moi, le passage d’Helloween avec ses trois chanteurs, si l’on tient compte que Kai Hansen chante aussi, et trois guitaristes. Mais j’avoue avoir toujours un penchant pour la voix très haut perchée de Michael Kiske.


Démarrage en force ce vendredi, avec Danko Jones sur MS2, « Power Trio » très efficace suivi du groupe de « Power-Metal » Dragon Force.

J’ai enchaîné ensuite avec Killing Joke, groupe qui continue prés de quarante ans après sa formation dans son style Metal Industriel, emmené par le captivant Jaz Coleman.

À noter que Killing Joke a joué lors des deux Week-Ends du Hellfest 2022 tout comme Megadeth et Airbourne.


Un vendredi où j’ai pu pour la première fois connaître la pluie au Hellfest (euh pas exactement : en 2013 déjà… NdR.), ce qui n’a pas empêché Ministry d’assurer un Show grandiose.

J’ai ensuite découvert sous la Valley (une des tentes abritant une scène, NdR.) un groupe que je conseille vivement, à savoir le groupe Earth, coup de cœur de la journée, avec leur musique minimaliste, avec distorsion. Le groupe, signé sur Sub Pop, le Label de Nirvana, a ravi la Valley.


Juste le temps de remonter pour voir la légende Alice Cooper, qui fidèle à lui même, a délivré ses meilleurs titres, accompagné d’un groupe sans faille.

 

C’est un samedi de gala qui nous attendait avec d’entrée le superbe Michael Monroe (ex-Hanoï Rocks) avec un Show super dynamique.

Superbe programmation avec Gary Clark Jr, et son Blues Rock efficace et adapté au public de festival, et qui a été très suivi.

J’ai ensuite découvert un groupe suisse Eluveitie de Folk Metal dont la harpiste-chanteuse Fabienne Emi a renversé la MS 2. Ensuite, j’ai été ravi enfin de voir Epica et sa superbe chanteuse Simone Simons pour un Metal symphonique de haut vol.

Je n’ai pas pu aller voir Igorrr que j’adore, mais Airbourne passait en même temps sur la MS 1, et c’est toujours un vrai plaisir de revoir Joel O’Keeffe.

Nightwish a ensuite balayé toute sa carrière d’une façon magistrale…


Et j’ai fini la soirée en allant revoir mes chouchous de Kadavar -oh surprise ?! Le batteur avait coupé ses cheveux. Mais que lui a-t-il pris ? En tous les cas, leur musique est toujours aussi parfaite.

Dimanche quatrième et dernier jour de ce festival exceptionnel qui m’a permis de revoir Avatar et son chanteur Johannes Eckerstrom avec son personnage de Clown et un Metal écorché et burlesque qui a enchanté le public nombreux venu pour Metallica.

C’est ensuite un homme que je n’espérais plus voir sur scène qui s’est présenté sur MS1 avec Mr Zakk Wylde en personne avec Black Label Society. Celui que j’avais découvert en 1994 avec l’excellentissime Pride & Glory a assuré des parties de guitares sanglantes, bien épaulé par son guitariste.

Grande joie pour moi de voir Sabaton et son Metal guerrier, qui était passé au Knotfest et avait ensuite remplacé au pied levé Manowar.

Une édition du Hellfest version XXL avec deux Week-Ends exceptionnels, et riche de près de 350 groupes, qui aura permis à tous les amoureux du « Metal » de se retrouver et de faire la fête après 3 ans d’abstinence et deux éditions annulées. Merci à toute l’équipe du Hellfest et le formidable travail des bénévoles pour une organisation parfaite. Vive l’édition 2023.

Merci à Olivier, Roger et à Fabienne