Little Caesar, Les Etoiles Théâtre Paris le 06 octobre 2021.
Par : Olivier Carle, images : Alex Mitram

Je dois avouer que le nom de Little Caesar m’était quasiment inconnu jusqu’à récemment. Quand on m’a dit que ce groupe avait sévi pendant 5 petites années à la fin des années 80 aux Etats-Unis sans grande exposition médiatique et surtout sans véritable tournée sur le vieux continent, j’ai mieux compris pourquoi il était passé sous mon radar musical. Ils se sont effectivement reformés au début des années 2000 mais n’avaient jusqu’à ce jour jamais foulé les planches d’une scène parisienne… Ce concert aux Etoiles était donc un événement en soi puisqu’on allait enfin pouvoir découvrir en Live la bande à Ron Young dans le cadre de ce petit théâtre fort sympathique, celui-là même ou Robert Jon était passé quelques jours auparavant !

Je m’étais préparé à ce concert en épluchant la discographie des Californiens à savoir les 6 albums studio dont le dernier remonte à 2018 et le Live en Hollande de 2015. Plutôt conquis par le tout premier opus éponyme, un peu moins par les suivants, mais bon je ne demandais qu’à être convaincu par la prestation en public des 5 musiciens… Au final je dois dire que cet objectif n’a été que partiellement atteint !

Il faut reconnaître tout d’abord que le Leader Ron Young est un véritable performer doté d’un organe vocal puissant et d’une sympathie naturelle qui ne peut que séduire les plus récalcitrants. Il est accompagné d’un autre membre originel du groupe, l’excellent Loren Molinare à la guitare. Il y a aussi Brian Irving qui remplace Tom Morris à la batterie car celui-ci a dû rester auprès de sa mère souffrante… Sans oublier Mark Tremalgia à la seconde guitare et Pharoah Barrett, un géant chauve et barbu qui m’a irrésistiblement fait penser à l’ancien bassiste du Gillan Band des années 70, John McCoy… Tout ce petit monde fait preuve d’une efficacité sans faille sur scène surtout sur les morceaux les plus Rock ‘n’ Roll. Et du Rock il y en a notamment avec les morceaux du premier album qui restent les plus convaincants : « Drive It Home », « Rock-n-Roll State Of Mind », « Hard Times », « Wrong Side Of The Tracks », l’incontournable tube « Chain Of Fools » emprunté à Aretha Franklin ou encore le Stonien « Down-n-Dirty »… Il en sera de même avec les extraits du dernier album en date que sont le très Hard « Straight Shooter », l’énergique « Vegas » et l’intéressante reprise de Merle Haggard « Mama Tried » dans une version survitaminée ! Je reconnais être un peu moins fan de la reprise de Rod Stewart « Every Picture Tells A Story » enchaînée à celle des Stones « Happy » qui n’apportent pas grand-chose. Idem pour celle des Temptations « I Wish It Would Rain » qui casse plus le rythme du concert qu’autre chose ! Je n’ai rien contre les ballades mais quelle est la valeur ajoutée d’une « Ballad Of Johnny » ou d’un « In Your Arms » qui sonnent comme de la Pop des années 80 sans saveur à la Huey Lewis & The News ?

Quand on joue pour la première fois à Paris et même si cette date est la dernière de la longue tournée européenne, on doit me semble-t-il jouer le pied au plancher et éviter les temps morts ! Cela étant dit il faut bien reconnaître que Ron et ses acolytes avaient l’air très heureux de ce premier contact avec le public parisien et ils n’ont pas ménagé leur temps pour dédicacer leurs albums et faire des Selfies avec nombre de fans. Ne doutons pas qu’ils repasseront par la capitale lors de leur prochaine tournée avec une Setlist encore plus concentrée et imparable et nous y serons…